Abonnez vous!

Search

Black Friday: qui est a blamer?

Je vous propose une nouvelle fois une traduction d'un article du célèbre bloggeur ricain Bill (avec ou sans boule). Le billet original peut être lu ici.
Bien sûr, si j'ai pris la peine de le traduire, c'est  qu'il y a des choses plus qu'intéressantes...

black friday

Une des choses que les gens ont été réticents à aborder est de savoir qui est à blâmer pour le Black Friday et ses conséquences. Eh bien, j'ai fait une petite enquête et je peux dire avec certitude que je sais exactement qui est à blâmer pour le Black Friday.

Vous voulez savoir qui c'est?

C'est vous.

Eh bien, techniquement, c'est vous et moi. Nous sommes tous à blâmer. Que nous soyons de simples joueurs, journalistes, employés des salles de poker, propriétaires de site, affiliés, régulateurs, ou autre chose, nous avons causé le vendredi noir.

Nous sommes tous en faute, car nous n'avons pas exigé mieux. Nous n'avons pas exigé plus de transparence. Nous n'avons pas posé les bonnes questions.

Le poker en ligne a toujours été depuis ses débuts (clin d'oeil complice (Ndt:  wink, wink, nudge, nudge dans le texte original est une expression montypythonesque) une forme de proposition. Il y a toujours eu un accord tacite entre les acteurs, les sites de poker, et les médias à ne pas poser trop de questions afin que personne ne dusse admettre de vérités gênantes.

Malheureusement, ce voile de déni ne cessait d'augmenter alors que le poker en ligne explosait à travers le monde. Personne ne voulait faire de vagues. Les joueurs voulaient continuer à jouer. Les médias voulaient continuer à faire de l'argent en envoyant des joueurs aux sites de poker. Et les sites de poker voulaient continuer à faire de l'argent avec les joueurs jouant sur leur site. C'était la parfaite relation mutuellement bénéfique.

Eh bien, il semblait parfait vu de la surface.

Comme les sommes d'argent sont devenues de plus en plus vertigineuses les sites de poker en ligne ont commencé à avoir de plus en plus de pouvoir. La lutte a été brève. Les médias se sont vendus tôt. La plupart des médias sont devenus des filiales de grands sites de poker et certains même ont rapidement vendu des coverage favorable en échange d'un bon prix.

Cela n'a jamais été aussi évident que lors des scandales Absolute Poker et Ultimate Bet. Même si cela était, de loin, le plus grand scandale  de tricherie dans l'histoire du poker, la plupart des médias de poker ont continué à afficher des bannières d' affiliation pour UB et Absolute, conservé des critiques élogieuses des deux sites dans leur section «Critiques» et, simplement, seulement écrit à propos du scandale quand les discussions sur 2 +2 ont révélé de nouvelles informations trop énormes pour être ignorées.

Et ce n'était pas seulement en ligne et la presse écrite qui a été dans leur poche. Toutes les grandes salles de poker achetaient des infopub déguisées en emission de télé poker. Ils ont payé les coûts de production pour ces spectacles, acheté du temps à partir des réseaux de télévision, puis lourdement eux-mêmes annoncés publicitairement. Oh, attends. . . ils ont annoncé leur site .net, et non le site de jeu d'argent réel. ** clin d'œil complice**

Mais avant de pointer du doigt les médias, qu'ont fait les joueurs? Ils ont continué de jouer sur UB et AP. Scandale de bot sur Full Tilt? Les chiffres ont simplement continué à monter. Scandale de triche sur PokerStars? Les chiffres ont simplement continué à monter.
 
Récemment joueurs ont organisé un sit-in sur PartyPoker parce Party augmentation le rake et passait à un modèle de contribution pondérés mais où était ce sentiment d'indignation collective il y a plusieurs années lorsque Full Tilt était flou sur le sujet de la séparation des fonds de ses clients?

Les joueurs ne s'en souciaient pas. En fait, beaucoup de gens ont conservé des milliers, des dizaines de milliers, des centaines de milliers, voire des millions de dollars sur ces sites de poker en ligne imaginant leurs fonds étaient aussi sûrs que s'ils étaient assis dans un compte assuré par la FDIC.

Et à propos de quelque chose d'aussi simple que l'accusation de collusion ou de chip dumping sur un de ces sites de poker? Le site lui-même s'est accordé le pouvoir d'enquêter, de déterminer la culpabilité ou l'innocence, et de prendre des sanctions comme la confiscation de non seulement les fonds impliqués dans l'affaire immédiate, mais également ce que le joueur a sur son compte. Il n'existe aucun droit de présenter des preuves. Il n'existe aucun droit à un recours devant un juge réel ou de possibilité que votre affaire soit entendue devant un jury de pairs. En fait, dans de nombreux cas la salle de poker emaile simplement la personne en leur disant que leurs fonds ont été saisis et que l'affaire est close et merci ne pas les contacter à nouveau.
Où se trouve la procédure régulière dans tout cela?

Lorsque l'UIGEA a été votée en 2006, c'était vraiment un momentdécisif  pour l'industrie en termes de consolidation du pouvoir avec les salles de poker. Les médias de poker ont acheté l'arugment "le poker est un jeu d'adresse", crochet, ligne et plomb parce qu'il était au mieu pour leurs intérêts financiers. Ils aurait fait un assassinat de déplacer tous les joueurs vers Party, 888, etc au lieu de Starset Tilt.

Et les joueurs qui voulaient continuer à jouer au poker en ligne n'ont même pas bronché avant de basculer vers les sites US. Ils étaient plus qu'heureux de se rallier à la Poker Player’s Alliance en criant "au poker en ligne n'est pas illégal."

Donc, avec la presse dans leur poche, des joueurs complètement apathiques, et un DOJ semblant impuissant à les arrêter, l'arrogance des sites de poker en ligne a simplement grandi et grandi. À un certain point rien ne semblait-delà des limites.

À bien des égards les joueurs devraient être reconnaissants au Black Friday. Quand / Si le poker en ligne revient aux Etats-Unis, il sera à des conditions beaucoup plus favorables aux joueurs.

Tout d'abord, il sera bien réglementés. Cela signifie que l'organisme de réglementation aura très probablement des dents. Contrairement à la plupart des commissions de jeu à l'étranger qui réglementent l'industrie d'aujourd'hui qui, au mieux, confisque la licence, dans un marché américain réglementé il y aura probablement des sanctions pénales et civiles associées aux infractions.

De même, la tricherie, la collusion et les débordements des autres joueurs seropnt aussi vraisemblablement punies de sanctions pénales et civiles. Plus moyen de laver vos péchés par des excuses sur 2 +2 et simplement passer à un autre site qui ne vous a pas encore interdit. Les rooms auront la possibilité de soumettre des preuves aux procureurs fédéraux ou d'état qui peuvent peser à charge sur les tricheurs et ceux qui sont accusés auront droit à une procédure régulière en vertu de la loi.

Et avec le poker en ligne libéré de la stigmatisation d'être considérée comme illégal par le DOJ, des médias plus traditionnels seront moins hostiles à l'écriture sur le poker en ligne. Et comme ils sont assez diversifiés pour ne pas avoir à compter sur l'affiliation, les médias existants devront soit s'élever d'un cran ou deux journalistiquement soit périr.

Cela peut apparaître comme bien peu de réconfort à ceux qui ne peuvent retirer leurs fonds de Full Tilt, UB, ou AP, mais cela aurait du être le but dès le départ. Nous aurions dû exiger de nous même des normes plus élevées de la part des médias, des organismes de réglementation, et surtout des entreprises manipulant des centaines de millions de nos dollars.

Le Black Friday était le pire des scénarii. Ce n'est pas comme si les actions du DOJ étaient complètement imprévisibles (j'ai mis en garde sur la surveillance des flux de cash par le DOJ dès 2006). Pourtant, en raison de la collusion silencieuse d'ignorer tous les défauts de ce modèle et à négliger les risques, le Black Friday a été une véritable tempête de l'insouciance, de l'ambivalence, de la cupidité et de vla mauvaise gestion.

Donc si vous cherchez où poser le blâme pour le Black Friday, le premier endroit où vous devriez commencer votre recherche est dans le miroir.





6 commentaires:

rrooohhh.

Mon miroir me renvoie une si belle image pourtant !?
Même si j'adhère au discours force est de constater qu'avec une "entité" sensée nous protéger ce n'est pas toujours mieux.

@tetram: le monsieur en parle a demi mots... :D

Je trouve cette analyse assez pertinente...surtout dans les sous-entendus...

En fait, tous les organismes européens de régulation ont des textes prévoyant des sanctions financières et pénales pour les organisateurs 'illégaux' de jeux sur internet...
Mais je n'ai pas trouvé un seul texte de défense ou de recours pour le joueur connaissant un problème avec une room ou un casino et estimant être 'clean'...
Là, les joueurs américains vont peut être avoir un avantage juridique par rapport aux joueurs européens...

@Raycatt: comme pour le minitel, on a eu un peu d'avance et on va avoir bcp de retard ^^

Belle article de toute facon tant que cela gerer pour generer du profit l'arjel avec le rake les rooms pour se faire du ble il n'y a aucun danger pour que le jeu devienne réaliste en favorisant un vrai jeu ...........aucune société ne feras un site de poker recreatif en respectant le joueur et en fournissant un poker approchant la réalité le but etant de ce faire de l'argent uniquement ...........et pourtant celui qui le ferais risquerais fort d'etre le number one ........

@Fatal: money money money

Publier un commentaire