Abonnez vous!

Search

Le joueur de poker est rarement epanoui



Empêtré dans une mélancolie de saison combinée à une session de - 4 caves hier soir, je ressens un besoin pressant et compulsif de rebondir sur un billet de Jérémie Guez dans lequel il évoque le côté non épanoui des joueurs de poker.
Je cite:

Si je devais avoir un regret c’est celui de n’avoir rencontré personne d’épanouï dans ce milieu. J’ai eu la chance de connaitre rapidement pas mal de très bons joueurs. Des gens pour la plupart sympa, marrant et loin de l’image qu’on veut laisser croire. Mais pour être franc, très peu semble etre épanouï et heureux.

Comme lui, je pense que le joueur de poker est rarement épanoui.

Ce jeu enchaîne des périodes de bonheur (good run), des périodes de stagnation (break even) et des periodes horribles (bad run).

Certes, un joueur lambda peut paraître épanoui lorsqu'il navigue en période de good run. Comme un Davidi Kitaï en ce moment.

Sauf que ces périodes sont très temporaires, très intermittentes. Ponctuées par de sombres passages.
Des passages qui nous font frôler des états presque dépressifs.

Tiens plutôt qu'épanoui, je dirais que le joueur de poker est maniaco-dépressif.

Certes, tout le monde va s'écrier des "Oh mon dieu, je m'inscris en faux! Je suis très épanoui!"
C'est bien sûr difficile de porter un oeil critique sur une activité demandant tant d'investissement et dans laquelle on s'est donné sans compter.
Difficile de faire une auto-critique.

Nez en moins, le constat est là. Le poker génère tellement de frustration, tellement de sentiment d'impuissance qu'il semble impossible de s'épanouir par le poker.

Comme dans beaucoup d'activités d'ailleurs. Rare sont les hommes épanouis.

Et ceux qui sont épanouis dans le poker, le sont et le serait probablement dans toute activité. Leur côté épanoui n'est pas lié au poker mais à leur approche de la vie, à leur philosophie.
Je pense par exemple à un joueur comme Pe4nuts qui semble épanoui comme joueur. Tout simplement parce qu'il est épanoui comme personne.

Mais je peux me gourer...









35 commentaires:

Ben j'avais "effleuré le problème" comme on m'avait répondu au moment de ce billet…
http://lecarlit.blogspot.fr/2010/05/pourquoi-le-poker.html
Si ça vous tente…

@leCarlit : j'y vais
@Rincy : une personne épanouie l'est généralement quand le tryptique vie pro - vie affective - vie sociale est équilibré. il me semble que le joueur de poker 100% poker a l'air de sacrifier deux des trois.
les quelques plus heureux (du moins visiblement) sont généralement des joueurs qui font autres choses...à côté. De plus, Guillaume Darcourt déclare dans une revue de ce mois, que le poker lui avait couté un mariage

@carlit: on pourra pas me reprocher d'avoir effleurer le poker pour ma part. Ma vision n'est pas triste, elle est réaliste.
N'empêche que ton billet était très bon, mais je ne l'avais jamais lu!

@succube: donc tu m'accordes un satisfecit?

@rincy : on est d'accord et depuis longtemps pour dire que miser une carrière et une vie sur des cartes, c'est quand même pas un voeu de tranquilité. Si j'osais, je donnerai ma vision...Exactement identique à la tienne. ce qui est vrai dans toutes les professions : à n'y voir que ce qui est visible, c'est la porte ouverte aux déceptions. SI j'ai le temps, je compléterai par blog interposé :), j'aime bien ce concept n'en déplaise aux pisses froid

@succube: j'aime bien ce concept aussi, je dois pisser chaud ^^

Et c'est ki ki pisse le plus loin? :)

@mama: avec la prostate, tu sais...

je comprend pas. tu mets le joueur amateur et le pro dans le meme sac sur ce sujet ?

Un amateur pour qui le poker pose un soucis d’épanouissement... là il y a un problème !

Il joue pourquoi alors , l'amateur ?

Si le fait de ne pas gagner au poker, est un probleme pour l'amateur, là c'est chaud.

Que ca bouffe la tete d'un pro, c'est normal, c'est son gagne pain, mais un amateur ??? ca change ta vie d'amateur de gagner ou perdre 10 caves de NL 10 dans le mois ?

Non vraiment, je ne comprends pas ton billet dans le sens ou il est ecrit. Celui de jeremy Guez parle du circuit pro, mais le tiens ? tu m'inquietes mon petit rincy

@nantais: je parle d'épanouissement de l'individu par le poker. Que tu sois pro ou amateur, je ne vois pas de différence. si ce n'est que pour les pros, c'est pire. Après il y a amateur et amateur, hein...

ouais.. en temps qu'amateur si ca te pose un probleme d’épanouissement, il faut changer des choses, vite.

Entre un pro et un amateur, il y a une ENORME difference. En temps que pro, à part quelques uns, le poker, c'est toute ta vie.

C'est bien la que le soucis se pose. Si le poker est toute la vie d'un amateur, ce n'est pas normal. Ou tout du moins, ce n'est pas normal s'il continue sans s'y sentir bien et épanouie.

@nantais: prenons un amateur qui joue... disons beaucoup. La place du poker dans son emploi du temps est telle que le jeu affecte fortement son état d'esprit. Tu t'es jamais rendu au boulot en tirant la gueule car t'avais bust d'un tournoi à la bulle à 2h du mat?
Que tu le veuille ou non, le poker va t'influencer.
Et épanoui dans ou par le poker est une chimère.

moi suis l'exemple même du joueur amateur, mais qui passse quand même bcp de temps dans le jeu, avec des résultats variables. (petit brag : à la fin de l'année ça reste toujours correct, mais y a des phases assez rudes)
et là c'est clair on est pas du tout épanoui. On a envie de tuer tout le monde, on fait la tronche, on rale, on whine, on calimeroise. En plus on rate des sorties qu'on aurait pu faire. On rate pas mal d'opportunités diverses, on culpabilise un peu, et du coup ben.. on est pas épanoui
Bref suis d'accord avec ce fish de rincy!
Et épanoui ou pas, ce soir je lui mets sa dose sur le blogueur!

Non, les resultats d'une sessions de MTT n'affecte jamais mon lendemain.( hors fatigue obv.

Mais si je veux aller dans ton sens, oui, ca m'affectait beaucoup plus quand je jouais des heures et des heures en cash game.

@D8: bah t'auras pas à te forcer, je finis toujours pas bust en perdant un 80/20 ;)

@Nantais: tu vois quand tu veux! :D

Intéressant ce sujet, se poser les bonnes questions (comme celle soulevée par Rincy, à savoir en quoi sauter à la bulle d'un mtt à 2h du matin influe notre humeur "sociale" ou "professionnelle" le lendemain matin) pour arriver à placer le curseur de la place que prend le poker (ou tout autre loisir "addictif") vs nos autres vies.
A creuser... merci Rincy d'avoir soulevé le sujet ;-)

@lessims: le sujet de départ était plutot l'épanouissement personnel avec ou par le poker, mais tout est lié.

bon t'a gagné, j'ai pondu un truc :)

@succube: me semblait bien que t'avais des airs de poule.

Bon pour schématiser. Un type qui fait du yoga pourra par cette activité atteindre un épanouissement personnel. Développement de soi, confiance, toussa toussa.
Et bien pour moi, un type qui fait du poker pourra pas.
Pas par cette activité là.

Tout à fait d'accord avec toi, c'est pourquoi il est indispensable de s'épanouir à côté en faisant autre chose quand le moral va moins bien, pour certains c'est le sport pour d'autres c'est la famille bref, pour ne pas être maniaco-dépressif, il faut ne pas être mono-maniac.

je vois que tu est connaisseur et que tu vas surement sur kill tilt souvent. pour être régulièrement en contact avec pe4nuts sur son forum ou son chat, je te confirme qu'il a l'air épanoui...

++

ps: je viens souvent voir tes articles même si je ne post pas souvent, continue c'est cool a lire

le pb du poker est, que même en phase de good run, tu redoutes l'inévitable moment où la tendance va s'inverser... comment être épanoui dans ce cas ?

Au poker, je pense que pour être épanoui, il faut jouer une limite que l'on crushe et s'en satisfaire sans chercher à monter plus haut... la certitude d'être gagnant sur le très long terme, sans être obligé de jouer un très gros volume,ne bloquera pas, s'il ne l'encourage pas, l'épanouissement personnel...

c'est peut etre pour cela que peanuts semble être epanoui ?

perso, je suis bcp plus epanoui depuis que je ne joue plus au poker ^^

attend, mais tu es un élève de pe4nuts je crois??

Quand tu va mater une daube au ciné, t'a perdu 6 ou 7€ en buyin, mais c'est pas pour cela que ton humeur du lendemain sera féroce...
Pour moi, le pok' c'est pareil...le jour où cela ne m'amusera plus, j'arreterais et passerais à autre chose...

@kkof: pour ça que tu te niques les orteils au judo :p

@guimat: et oui, j'ai eu droit à quelques scéances de coaching de la part de pe4nuts ;)

@eiffel: t'as pas tort, mais c'est contre l'évolution. Tu joue plus au poker, mais tu courres hein :p

@ray: c'est pas une question d'amusement, mais d'épanouissement.
Après ca devient philosophique ^^

mais courir n'implique pas de facto un épanouissement, là aussi, ça dépend de son fonctionnement : si je veux aller toujours plus vite, à un moment donné, je peux être frustré de ne pas atteindre mes objectifs... alors, oui, je vise 3h20 pour courir mon 1er marathon, ce qui est loin d'être gagné ^^ mais je retiens surtout que, quelque soit le temps que je vais mettre, finir un marathon est déjà une belle victoire :p

C'est pareil au poker, sauf qu'il est plus facile d'admettre ses limites physiques que ses limites intellectuelles... alors, oui, on peut crusher la NL10 et tenter de faire de la NL20 (multiplier par 10 si c'est trop faible pour vous), mais en cas d'échec en NL20, il faut conserver à l'esprit que l'on est gagnant en NL10...

@eiffel: vais pas multiplier par 10, c'est bien ma zone de confort ^^
+1

Le poker est terriblement chronophage et frustrant à cause de cette part de malchance qui vous maltraite à coup de bad beat.. Perso depuis que je joue des fifty et des sng head up je me sens beaucoup mieux car je profite plus de la vie tout simplement. Je préfère 1000 fois prendre un bad au bout de 10 minutes de sng que 5 heures de gros MTT. Chacun doit trouver sa formule et se poser clairement la question pourquoi il joue au poker

cela me semble normal de ne pas etre toujours épanouie au poker surtout pour les joueurs de tournois ... à partir d'un certain niveau (même amateur voire même pour un fish comme moi)) c'est une compétition et le combat est rude, difficile , injuste parfois (ok ... souvent:-) ) . Et seul la victoire compte réellement donc comme n'importe quelle compét' , je trouve ca normal d'être énervé le lendemain (surtout quand tu perds à 2heures mat' contre un gros chattard pour un ITM tout pourri...). Par contre, il ne faut pas devenir aigri (nuance de vocabulaire importante) et pour cela il faut savoir ensuite relativiser, voir le coté positif de chaque session, avoir d'autres sources d'intérêts, respecter les règles du jeu (BR management surtout, faire gaffe à l'addiction,...) et comme dans toute compétition, toujours prendre son pied en jouant (c'est une expression!) ...

après, pour ceux qui n'aiment pas la compétition, il y a d'autres formules moins engageantes.
Chaboiv

@Anonyme: 100% d'accord.

@Chaboiv: je suis plutôt d'accord. Mais l'idée générale de départ c'etait plus le poker comme moyen d'épanouissement personnel.
Si le poker devient marginal rapport au reste, ca compte plus :p

Ray pas d'accord en ce qui me concerne quand je paie cher pour aller voir une daube au ciné ( au hasard taken 2 ) bah ca m'énerve , le lendemain je suis pas mal mais je suis pas forcémment dans le meilleur des états d'esprit pour aller au ciné .
Le terme amateurs regroupe un ensemble très hétéroclite de joueurs et qui sont plus ou moins impliqués dans le jeu .
Je pense qu'il est possible de ne pas être affecté par la variance et autres lorsque l'on ne s'implique pas vraiment pour s'améliorer et progresser dans les limites . A l'inverse lorsque l'on s'investit personnellement et que l'on constate que cet investissement ne paie pas , à moins d'être un robot je ne vois pas comment on peut ne pas être frustré .

Pour exemple , un down de 40 caves d'EV ca fait aussi mal que tu sois amateur ou professionnel .

Tu parles d'un épanouissement personnel de devoir jouer comme un robot pour faire suffisamment de volume pour générer un minimum pour vivre d'une activité poker ... où est le plaisir ?
Pareil pour le mtt, je ne vois pas en quoi on peut trouver un quelconque épanouissement à jouer des heures pour "peanuts" (çà c'est fait), à la limite tu restes content d'avoir joué un jeu solide, mais il n'y a pas de quoi se taper le cul par terre ni de maudire la terre entière.
Perso j'y vois seulement un peu plus d'épanouissement que de rester scotché devant les conneries de la télé, mais sans plus, faut quand même relativiser, ce n'est qu'un jeu.

@lessims: ouais m'enfin un jeu dans lequel t'investis 3/4h par jour...

Il a peut être raison hihi. Merci pour ce billet très intéressant

Publier un commentaire